Galina Derevenski
Coup de Coudre
export-blancshare-hover-full
Gérante

Couturière

« Je cousais déjà, mais je n’avais jamais pensé à en faire ma profession »
Galina Derevinski

Galina, couturière : « Il faut s’accrocher à son projet, y croire jusqu’au bout »

78000 Versailles
Couturière

Un premier job dans la communication, un second dans le référencement internet puis, à 35 ans, Galina Derevenski change complètement son fusil d’épaule et passe son CAP Couture. A peine diplômée, elle ouvre un atelier sur le modèle du « café-couture » pour partager sa passion. Retour sur le parcours d’une battante qui va au bout de ses choix.

En janvier dernier, Galina Derevenski ouvrait « Coup de coudre », un atelier sur le modèle du « café-couture ». Cette boutique-concept, elle en rêvait depuis longtemps, désireuse de partager sa passion et son savoir-faire, mais aussi de contribuer à sauvegarder une certaine tradition couturière qui se perd dans les pays occidentaux, et particulièrement en France.

A l’origine, rien ne destinait pourtant Galina à devenir couturière. « J’ai grandi en Russie. Enfant, j’ai appris à coudre à l’école. Nous avions l’habitude de faire nos propres vêtements : à l’époque il n’était pas question de plaisir, mais de nécessité, et notre unique matériel consistait en de vieilles machines à manivelle ! » Dans les années 90, la jeune fille étudie l’informatique puis décroche un poste dans la communication, au sein d’une multinationale de la restauration. « J’ai participé à la création du magazine institutionnel du groupe pour la Russie, ce fut passionnant…

– Texte © Corinne Martin-Rozès –
– Photos © Galina Derevinski et Corinne Martin-Rozès –
– Texte et photos ne sont pas libres de droit –

A bénéficié

d’une prime de

A été accompagné par

France Active Yvelines

En 2018

C'est ici

 

Autres Témoignages

Partager sur Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page