export-blancshare-hover-full
Eurofence SCOP

Fabrication de clôtures industrielles et de portails métalliques

Les salariés d’Eurofence SCOP ne sont pas prèts d’oublier l’aventure de la reprise de leur propre entreprise, qui était en dépôt de bilan. Ils n’avaient aucune garantie de remonter la pente ; l’entreprise aujourd’hui se porte bien et nourrit des ambitions.

S’engager par la gouvernance

Doulevant-le- Château 52110
Fabrication de clôtures industrielles et de portails métalliques

Un acteur du territoire en perdition
Eurofence est créée en 1972 à Doulevant-le-Château, une commune de 390 habitants en Haute-Marne. Elle conçoit, fabrique et vend des clôtures industrielles et des portails métalliques. Véritable acteur local, elle se développe en passant par plusieurs fonds familiaux, pendant une vingtaine d’années. Puis, en 2005, elle est vendue à un groupe d’investissement suédois qui la renomme Perimeter Protection France.
Malheureusement, ses résultats financiers baissent et les problèmes de trésorerie s’accentuent progressivement, inquiétant les salariés. « Quand on voyait qu’il y avait quelques difficultés qui commençaient à apparaître, on s’attendait à ce qu’il y ait un dépôt de bilan » raconte Jean-Pierre Perrard, responsable financier de l’époque.
Les salariés voyaient juste : le 2 décembre 2016, l’entreprise dépose le bilan, laissant 82 salariés sans emploi. « On a donc parlé à 4 d’un projet de reprise de la société parce que nous estimions avoir les outils et le savoir-faire nécessaires pour le faire », poursuit Jean-Pierre.

Un maître mot : la solidarité
Un pot commun est créé en interne pour relancer l’activité, puis s’y additionnent primes de licenciement et aides à la création d’entreprise versées par Pôle emploi ; près d’1 million d’euros est collecté en interne pour sauver l’entreprise. Cet élan de solidarité imprègne le territoire et s’étend. La société reçoit une aide de 200 000 euros de la région Grand-Est ; le Crédit Coopératif et la Caisse d’Épargne prêtent 400 000 euros chacun.
Grâce à la recommandation de l’Union régionale des SCOP de l’Est, l’entreprise se rapproche de France Active Champagne-Ardennes et obtient un prêt de 300 000 €.
En tout, plus de 3,3 millions d’euros ont été recueillis, ce qui a permis de racheter l’entreprise sous forme associative en reprenant le nom d’Eurofence et la mention SCOP, le 8 décembre 2016.

Parce que c’est notre projet
En tout 60 salariés – devenus actionnaires – se sont battus pour préserver leurs emplois. La relance s’est faite sur le modèle coopératif pour éviter les problèmes de gestion lointaine et désincarnée de l’ancien fonctionnement. « Eurofence n’a pas repris tout le personnel mais tous ceux qui voulaient rentrer dans le projet » explique Jean-Pierre Perrard. La direction fixe un objectif de chiffre d’affaires de 13 millions d’euros. Pour l’atteindre, Eurofence SCOP cherche d’autres employés. « On a été confronté à un besoin de main d’oeuvre. On a donc recruté 3 personnes quelque temps après avoir repris l’entreprise. En haute saison, on est 82 personnes et 76-77 avec des apprentis en période basse ».
Désormais, l’entreprise se veut ambitieuse. Elle modernise son outil de production avec l’achat d’une machine pour ne plus passer par un sous-traitant. Les salariés n’ont jamais baissé les bras ; la solidarité de chacun a permis un succès collectif, matérialisée par le passage en SCOP.
Le changement de mode de gouvernance, un engagement essentiel pour France Active.

A bénéficié

d’une garantie de
99 000 €
d’un prêt solidaire de
300 000 €

A été accompagné par

France Active Champagne-Ardenne

En 2017

C'est ici

 

Autres Stories

Partager sur Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page